aller vers ... ALLEMAGNE

aller vers ... AUTRICHE

aller vers ... SLOVÉNIE

aller vers ... HONGRIE

aller vers ... ITALIE

aller vers ... GRECE

aller vers ... SUISSE

aller vers ... FRANCE

aller vers ... BELGIQUE

aller vers ... HOLLANDE

aller vers ... ROYAUME UNI

aller vers ... DANEMARK

aller vers ... NORVEGE

aller vers ... SUEDE

aller vers ... R. TCHEQUE

aller vers ... ESPAGNE

aller vers ... GIBRALTAR

aller vers ... POLOGNE

 

 

 

ITALIE

* Généralités

* Venise

Photos

* Rome

Photos

* Vatican

Photos

 

ITALIE 2008

1) LA PENINSULE

* Impruneta

Photos

* Monte Cassino

Photos

* Détroit de Messine

Photos

2) LA SICILE 

* L'Etna

Photos

* Agrigente

Photos

* Palerme

Photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GENERALITES

 L'Italie est un pays récent qui a un long passé: En tant qu'Etat, il n'a fini de se former que vers la fin du 19ème siècle à partir d'un puzzle assez varié. Le passé de cette région est cependant important puisque c'est à partir de là que se forma l'Empire Romain et que rayonnèrent les idées de la Renaissance. Entre les deux, ce fut également un point important de la diffusion du catholicisme.

L'Italie est un pays de taille moyenne (294 020 km² avec la Sicile et la Sardaigne) et sa péninsule lui donne un contact de 7 600 kms avec la mer. Elle est cependant relativement peuplée puisque sa population est estimée à plus de 57,7 millions d'habitants.Comme les Apennins ont longtemps été un obstacle à la circulation, les habitants des côtes méditérranéennes et adriatiques se sont souvent tournés le dos. C'est encore pire pour les gens du Nord qui de leurs riches villes industrielles de la plaine du Pô considèrent leurs compatriotes du Sud comme des "sous-développés".

Cette Plaine du Pô est d'ailleurs l'axe privilégié pour se rendre de France en Croatie car, même si l'on passe par la Suisse ou l'Autriche, on finit par la rejoindre.

De Croatie, la ville italienne la plus proche est Trieste (environ 70 kms de Porec) et, depuis peu, des efforts ont été faits au niveau de la signalisation pour éviter de se perdre dans le labyrinthe qui permet d'en sortir et de rejoindre la route slovène qui mène à Koper (Capodistria pour les Italiens).

Si on peut trouver, dans le vieux centre-ville quelques (rares) point d'intérêts, c'est, bien sûr, Venise qui attire le plus de visiteurs.

haut de page Haut de page

 

VENISE Photos

 

On peut rejoindre Venise par l'autoroute qui commence à la sortie Ouest de Trieste mais le moyen le plus simple et le plus agréable est de s'y rendre par un des bateaux rapides qui relient son port à celui de Porec.

Dans ce cas, on entre dans la lagune par la passe qu'empruntaient les grands navigateurs de l'époque glorieuse de cette ville ce qui permet de voir un certain nombre d'iles. Peu après, on passe devant la place St Marc avant d'aborder à la gare maritime située près du centre-ville. Il suffit ensuite de franchir le Grand Canal sur le "Pont de l'Académie" pour se trouver à quelques minutes des principaux sites touristiques. Ils sont si près que cette visite se fait, à pieds, sans problème, autre que la chaleur qui peut être élevée en été.

Pour voir d'autres endroits célèbres, comme Murano, on doit cependant utiliser l'un des nombreux "vaporettos" qui servent de bus.

haut de page Haut de page

 

ROME Photos

 

Aller directement à Rome est facile mais il serait dommage de ne pas en profiter pour faire quelques "détours". Florence et sa rivale Sienne, Pise pour ne citer que ces trois villes méritent ce voyage en zig-zag.

La ville de Rome est surtout intéressante par son passé lointain mais, là aussi, on a l'impression que la ville s'est développée un peu n'importe comment et il n'est pas toujours simple de s'y retrouver. Si le Forum et le Colisée rappellent l'Empire Romain, on peut aussi y trouver des vestiges de la Renaissance comme la Villa d'Este située à proximité.

De Rome, on peut également pousser vers le sud par l'autoroute qui rejoint Naples. Cela permet d'apercevoir en route le célèbre "Monte Cassino" reconstruit après la Guerre, puis de visiter les sites du Vésuve et de Pompéi,...

Si Naples offre peu d'intérêts, un petit tour en bateau jusq'à l'île de Capri est fort agréable.

haut de page Haut de page

 

LE VATICAN Photos

 

Le Vatican forme une petite enclave située à l'intérieur même de Rome. C'est tout ce qu'il reste des Etats Pontificaux récupérés par le jeune royaume d'Italie en 1871.

C'est, bien sûr, un haut lieu religieux puisque c'est là que réside le Pape. C'est aussi de cet endroit que partent les bulles qui régissent la façon de vivre du clergé et des catholiques du monde entier.

C'est aussi un site touristique puisqu'une partie de ses bâtiments sont ouverts au public, comme la Chapelle Sixtine et la Bibliothèque.

haut de page Haut de page

 

ITALIE 2008

 

1) LA PENINSULE

 

IMPRUNETA Photos

 

Là, notre hôtel se situe en dehors de Florence, à 17 km, à Impruneta, l'autoroute est chargée et en travaux, nous nous apercevons que nous avons dépassé la sortie à 25 km de Florence. Nous rebroussons donc chemin et grâce à l'aide de plusieurs italiens très gentils, nous arrivons à trouver notre hôtel, perdu dans les collines toscanes couvertes d'immenses oliviers. Le cadre est magnifique mais les vieux florentins connaissent aussi l'adresse et il y a bien 400 personnes au repas de la sainte Marie, donné sur la terrasse ombragée par un toit en bois à caissons, et bordée de magnifiques géraniums.

On nous rajoute une table pour deux et nous avons droit au menu de fête : Fromage avec confiture de figues, grosses ravioles aux épinards, Roastbeef cuit au feu de bois, accompagné de cœurs d'artichauts et macédoine de fruits à la glace. Le tout arrosé de vins locaux comme l'Asti mais aussi du Chianti. De nombreuses familles se sont données rendez-vous là mais il y a peu de jeunes enfants.

Vers 16 heures, le temps se détraque et un orage apporte des pluies qui rafraichissent l'atmosphère. Notre hôtel, la Villa Cesi, est agréable mais les chambres sont un peu petites: nous sommes en Europe. Les touristes français sont nombreux. J'ai fait la même constatation à Venise, il y a une quinzaine de jours. Ils commencent à sortir de l'hexagone. Mais Venise ou Florence ce n'est pas encore bien loin de la frontière.

La Toscane est le lieu de villégiature de nombreux chefs d'état ou de gouvernement européens attirés par la chaleur et la luxuriance de la végétation méditerranéenne. Je sais que Tony Blair y est venu, très souvent, avec sa famille.

Il y a aussi les attraits de Florence, ville de Laurent le Magnifique. Le palais des Médicis, la galerie des Offices, la cathédrale et le Ponte Vecchio sont toujours agréables à revoir.

Nous ne sommes qu'à 550 km de Zbandaj, mais nous avons déjà l'impression d'être dans un autre monde.

haut de page Haut de page

 

MONTE CASSINO Photos

 

Vers midi, nous atteignons la ville de Cassino qui compte 11 000 habitants. C'est Samedi 17 août et elle grouille de monde car les boutiques sont ouvertes.

Vers 13 heures, nous trouvons notre hôtel, l'hôtel Cirelli, situé dans un petit village qui répond au nom de Saint Eulia Fiume Rapido. Il a l'air très fonctionnel, mais la chambre ne sera prête que vers 15 heures.

Nous allons donc manger, en terrasse, dans un petit restaurant d'où l'on voit l'abbaye du Mont Cassin. Puis nous faisons un tour en voiture, dans les collines environnantes.

C'est là que se tenait la ligne Gustav qui s'appuyait sur les Abruzzes. Les Allemands et les Alliés ont dû en baver pendant l'hiver 43-44 et le printemps 44 jusqu'à la libération de l'abbaye, du moins de ce qu'il en restait, le 18 mai 1944. Nous y reviendrons avec la visite de l'Historial.

C'est le jour que nous avons choisi pour aller nous recueillir à l'Abbaye du Mont Cassin, dont la colline domine, de 435 mètres, la ville de Cassino.

Le monastère a été fondé en 529 après Jésus Christ, par Saint Benoit, â la suite de sa retraite à Subiaco (nom d'un des quartiers de Perth). Il fut élevé sur la base d'une fortification romaine. L'abbaye est célèbre car c'est là qu'a vécu, écrit et est mort le fondateur de l'ordre des Bénédictins. Elle a toujours attiré un grand nombre d'érudits ecclésiastiques et sa richesse lui a permis aussi d'y faire venir des artistes.

Les Bénédictins apportèrent la chrétienté en Angleterre, au Danemark et en Scandinavie.

Son histoire a été mouvementée. Elle a été sévèrement détruite quatre fois : en 577 par les Lombards, en 883 par les Sarrasins, en 1349 par un tremblement de terre et enfin le 15 février 1944, elle devient, en trois heures, un champ de ruines, sous les bombes alliées.

Ce que l'on voit aujourd'hui a été reconstruit d'après l'ancien modèle architectural. Les travaux durèrent dix ans et furent financés par l'Etat italien.

Dans le cloître d'entrée, on peut voir une statue de bronze offerte par le chancelier allemand Konrad Adenauer et qui représente la mort de Saint Benoit, soutenu par deux de ses condisciples.

Quand on entre dans le cloître, dit de Bramante, on est frappé par la solennité et la sérénité du lieu. Le centre est agrémenté par un puits octogonal surmonté de colonnes corinthiennes.

Du balcon, on peut admirer un panorama de collines et moyennes montagnes qui dominent les vallées du Liri et du Rapido. Vers la droite, se situe le cimetière de plus de 1.000 soldats polonais où le Géneral Anders, mort à Londres, a demandé à être enterré avec ses hommes.

En redescendant, nous nous arrêtons quelques minutes près des ruines romaines puis nous nous rendons à l'Historial.

Ce musée est très récent (il date de 2005) et très original. Il a été réalisé par Carlo Rambaldi qui a obtenu 3 oscars pour effets spéciaux pour les films : E.T, King Kong et Alien. C'est une médiathèque : c'est à dire qu'on utilise aussi bien les photos fixes que des vidéos, des sculptures, des maquettes, la musique… Tous les sens sont sollicités. On commence par une partie classique de musée avec des photos de Cassino en 1944, puis des salles où sont présentés les uniformes des différentes nations qui ont pris part à la bataille (26). Les Alliés vont mettre en mouvement 300 000 hommes et les Allemands environ 100 000. Il faut savoir que le débarquement en Normandie étant en préparation, le front de l'Italie est considéré comme secondaire mais les Allemands ne veulent pas céder la route pour Rome facilement. Du côté allemand, c'est le feld-maréchal Albert Kesselring qui dirige, tandis que du côté allié, le commandement est émietté, compte tenu de la multiplicité d'origine des forces en présence. Les Américains sont dirigés par le général Clarck, les Anglais, par le général Alexander, les Français par le général Juin, les Néo-Zélandais par le général Freyberg, qui demandera les bombardements sur l'abbaye, et les Polonais sont menés par le général Anders. Le débarquement d'Anzio, le 22 janvier 1944, ne donnant pas le résultat escompté, 3 heures de bombardements intenses ont lieu le 15 février 1944. Les Allemands occupent les ruines de l'abbaye, dont les trésors les plus importants avaient été évacués auparavant. De nombreux villages environnants sont détruits à plus de 90%. La bataille se terminera vraiment le 18 juin 1944.

Une des salles de l'Historial m'a particulièrement frappé, c'est celle où l'on voit un olivier centenaire déraciné et enlevé du sol par des chaines. C'est le symbole de l'horreur qui s'abat sur cette zone au printemps 1944.

La destruction d'une grande partie de cette région entrainera de fortes migrations vers l'Angleterre, la France, la Belgique mais aussi le Canada, les USA, l'Amérique latine et même l'Australie…

haut de page Haut de page

 

DETROIT DE MESSINE Photos

 

Nous reprenons l'autoroute A3 vers Reggio de Calabre, qui marque la fin de la péninsule italienne. Mais nous la quitterons à Villa San Giovanni pour prendre un ferry vers Messine, en Sicile.

Le détroit de Messine n'est pas large : 2 à 3 km. Un pont est projeté mais les propriétaires de ferries ne sont pas pressés de voir leur commerce disparaître.

Les Siciliens freinent aussi des quatre fers car ils veulent rester des insulaires.

Il est vrai que le ballet des bateaux dans le détroit est vraiment magnifique. Nous mettons 20 minutes environ pour traverser le détroit.

haut de page Haut de page

 

2) LA SICILE

 

L'ETNA Photos

 

Nous sortons assez facilement de Messine par l'autoroute qui doit nous conduire à Catane, 2ème ville de Sicile, par sa population après Palerme. La Sicile compte dans les 5 millions d'habitants.

Nous longeons le détroit, la mer scintille, sur notre gauche, alors que, sur notre droite, nous pouvons admirer des collines à la végétation roussie par le soleil et des étages de terrasses.

Bientôt, nous apercevons l'Etna, qui culmine à 3300 mètres. Des fumerolles s'en échappent.

Nous trouvons assez facilement notre hôtel, malgré la circulation et l'étroitesse des rues. Il s'appelle la Villa Paradisio del Etna. Notre chambre donne sur le volcan. Des villages sont installés en bas des pentes. Nous aurons la surprise, ce soir, de voir des braises rougeoyer depuis notre chambre. Si nous y revenons un jour, nous essaierons de faire un survol en hélicoptère.

 

haut de page Haut de page

 

AGRIGENTE Photos

 

Nous prenons donc l'autoroute Catane-Palerme, puis nous bifurquerons vers Agrigente.

L'autoroute doit être récente car les aires de repos sont rares et souvent en finition. Le centre de la Sicile correspond bien aux descriptions que j'ai lues. Le paysage est souvent lunaire car très aride et montagneux. Quelques vignes ont été plantées. Les feux sont fréquents car le brûlis est encore utilisé avant labour.

A Agrigente, notre hôtel, pourtant 4 étoiles, n'est pas facile à découvrir mais on trouve facilement la vallée des Temples Gréco-romains. Il fait une chaleur de four. Plus de trente degrés. Je prendrai des photos demain matin.

Nous quittons Agrigente par l'ouest, par Sciacca dont les thermes étaient très connus du temps des Romains.

haut de page Haut de page

 

PALERME Photos

 

Nous prenons l'autoroute A29 vers Palerme. Cette ville, capitale de la Sicile, compte plus d'un million d'habitants sur les 5 millions qui peuplent la Sicile.

Nous repérons une aire d'autoroute pour nous détendre un peu à mi-chemin. Quand on y arrive, on s'aperçoit qu'elle n'est pas aménagée et que les papiers volent au vent.

A une dizaine de kilomètres de Palerme, nous devons prendre une décision : aller par l'autoroute jusqu'à Palerme, puis remonter sur Montreale ou prendre une petite route qui va directement à Montreale. Je choisis la petite route mais elle s'avérera être une route de montagne sinueuse et difficile. Je n'imaginais pas trouver des sommets à près de 1.000 mètres si proches de Palerme.

Enfin, avec l'aide de nombreux siciliens très serviables, nous atteignons le Geonardo Hôtel. C'est un havre de paix, de luxe et d'espace, après les petites routes et les traversées de village que nous avons faites ce matin.

Il a été construit en 2005, est très fonctionnel et sa piscine est magnifique. Nous y déjeunons le midi.

L'arrivée à Montreale ayant été très difficile, nous commençons à comprendre que nous avons un peu présumé de nos forces. Nous revoyons donc nos plans et préférons différer la descente dans le centre de Palerme.

Comme nous n'avons pas de cabine pour la traversée de 13 heures trente entre Palerme et Cagliari, nous préférons, aussi, faire l'impasse sur la Sardaigne où nous imaginons que les routes seront aussi sinueuses qu'en Sicile.

Il faut savoir reconnaître ses limites : une bonne visite de ces deux îles n'est valable qu'en circuit organisé.

Le samedi 23 août, nous descendons sur Palerme mais pour bifurquer à l'Est, vers Messine (distante de 270 km) et repartir, par le détroit, vers l'Italie continentale.

haut de page Haut de page

 

 


 

accueil Kourou Page d'accueil Kourou

accueil Perth Page d'accueil Perth

accueil Porec Page d'accueil Porec

accueil du site Page d'accueil du site

haut de page Haut de page

Répertoire Photos Répertoire photos

 


Votre avis m'intéresse !

zkojnet@zkojmat.net