aller vers ... CHINE

aller vers ... HONG-KONG

aller vers ... INDONESIE

aller vers ... LA REUNION

aller vers ... MALAISIE

aller vers ... MAYOTTE

aller vers ... NEW ZEALAND

aller vers ... SEYCHELLES

aller vers ... TAHITI

aller vers ... THAILANDE

aller vers ... VIETNAM

aller vers ... SINGAPOUR

 

* Généralités

* vers Malacca

photos

* Malacca

photos

* Temple de Batu

photos

* Kuala Lumpur

photos

* vers Cameron

photos

* Cameron Highlands

photos

* vers Penang

photos

* Penang

photos

* vers Kota Bahru

photos

* Kota Bahru

photos

* vers Terengganu

photos

* Terengganu

photos

* vers Kuantan

photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GENERALITES

 

De Perth, la Malaisie est le pays d'Asie le plus facile à découvrir puisque des vols quotidiens permettent de rejoindre, en cinq heures Singapour.

Si la Malaisie comporte un nombre important d'îles, sa partie essentielle est constituée par la péninsule qui s'étend au Sud-Ouest de la Thaïlande. La plupart des habitants vivent sur les côtes et principalement à l'Ouest au bord du détroit de Malacca.

 

De Singapour à Malacca photos

Singapour n'est séparé de la péninsule malaise que par un petit bras de mer qu'un pont permet de franchir. La distance qui sépare l'île de Singapour du continent est très faible et c'est par là que les Japonais arrivèrent pour s'emparer de l'"imprenable" cité du Lion.

La frontière se trouve là. Des panneaux rappellent qu'il est interdit de quitter Singapour avec un réservoir presque vide .... Les touristes quittent leur véhicule avec tous leurs bagages et passent la douane singapourienne à l'étage de ce qui ressemble à une "arche" d'autoroute avant de redescendre se présenter à celle de Malaisie. Ils peuvent, ensuite, reconfier leurs valises au chauffeur (même chose au retour).

Une autouroute permet ensuite d'aller vers le Nord. Cet ouvrage a été construit par une société étrangère qui rentre peu à peu dans ses frais par le produit des péages ce qui satisfait visiblement les Malais, fiers d'avoir pu obtenir cette voie moderne sans avoir à débourser un ringit. La circulation y est relativement faible et constituée surtout de transports en commun et de camions qui emmènent à Singapour, du bois et des produits agricoles. La plupart des produits frais consommés à Singapour viennent en effet de Malaisie tout comme l'eau potable. Le paysage est vallonné et des plantations d'hévéas remplacent souvent la végétation tropicale.

haut de page Haut de page

 

Malacca photos

La ville de Malacca a un long passé dont on retrouve les traces dans le centre de la cité: le Fort, l'Eglise et les batiments situés autour rappellent que les Hollandais devancèrent les Britanniques à ce point stratégique de passage entre l'Ouest et l'Est de l'immense ensemble maritime que forment les Océans Indien et Pacifique.

Aujourd'hui, cette ville est revenue aux Malais qui rappellent leur passé à travers des spectacles folkloriques comme un défilé de chars à boeufs. Surtout musulmans, ils ont construit de nombreuses mosquées. Les Malais ont choisi un système fédéral (comme les USA dont ils ont "un peu" copié le drapeau) qui permet de garder une monarchie inspirée des traditions du Moyen Orient avec ses Sultans (chaque province a le sien qui vit dans son palais).

Il ne faut cependant pas éviter d'oublier la présence d'une forte communauté chinoise que l'on retrouve dans toutes les villes avec ses quartiers, ses temples, ses commerces...

Si l'habitat local est souvent sommaire, la qualité des hôtels montre que la Malaisie essaient de rivaliser (mais à une échelle moindre) avec son voisin du Nord: la Thaïlande. 

 haut de page Haut de page

 

Temple Grotte de Batu photos

A proximité de Kuala Lumpur, le Temple Grotte de Batu rappelle la présence de l'Hindouisme. C'est un lieu de pélérinage qui attire, les jours de fêtes, une foule venue des différentes régions du pays.

En dehors de ces périodes, c'est un lieu important du tourisme malais. On accède à cette grotte-cathédrale par un escalier de près de deux cents marches: le gravir sous le soleil local constitue, à lui seul, une première offrande aux Dieux. Les différentes salles intérieures méritent cependant cet effort: relativement fraîches et très hautes, elles contiennent une série de temples et de statues. La dernière permet, par un trou dans la voute situé à quelques dizaines de mètres, d'entrevoir à nouveau le ciel.

 haut de page Haut de page

 

Kuala Lumpur photos

Kuala Lumpur est la capitale et donc la ville où se trouve le Palais du Sultan. Il n'est pas ouvert au public mais on peut l'apercevoir de la grille gardée par des soldats en uniformes traditionnels.

Le centre-ville comporte deux aspects:

- un ensemble de bâtiments dont l'architecture est de style arabe et qui furent construits par les Britanniques

- un ensemble dédié à la puissance économique et à la modernité avec une classique colonne surmontée d'une "bulle" offrant une vue panoramique et un ensemble de deux tours qui rappelle, même si le style en est différent, les défuntes twin towers du World Trade Center. Pour une raison quelconque, mais sûrement pas par souci d'esthétisme, l'architecte a relié les deux tours par une passerelle située vers les sommets. Une bonne partie de cet édifice sert de Shopping Center et propose des articles de marques. Le lieu est très fréquenté et l'on se presse devant les merveilles proposées dans les vitrines. Toutefois, l'intérieur des magasins est souvent vide de clients ce qui fait ressembler cet édifice davantage à un hall d'exposition qu'à un centre commercial.

A la périphérie, on retrouve une Malaisie plus réelle avec ses ateliers de "batiks"

Pays actuellement plutôt calme, la Malaisie a connu l'invasion Japonaise mais surtout les poussées communistes à l'époque de la guerre du Vietnam et des troubles qui agitaient alors l'Asie du Sud Est. Un mémorial rapelle cet épisode de l'Histoire malaise. La particularité dont les Malais sont très fiers est que l'artiste qui a realisé la sculpture principale est le même que celui qui a fait celle représentant la prise d'Iwo Jima et qui se trouve à l'entrée du cimetière d'Arlington de Washington.

haut de page Haut de page

 

Vers Cameron Highlands photos

 Au Nord de Kuala Lumpur, on retrouve un paysage rural avec ses plantations d'hévéas et ses palmeraies.

En quittant la côte, on rejoint alors les Cameron Highlands. Leur altitude (qui peut attendre 1 800 m) en font une zone climatique à part, favorable à la culture de fruits et de légumes et à la création de plantations de thé.

Au bas de la route étroite et sinueuse qui est la seule (une autre est en projet) qui permet d'y accéder, un village s'est spécialisé dans la fabrication, en séries bien qu'artisanalement, de paniers en osier.

Les camionneurs chargent ces "emballages" vides à l'aller et les redescendent pleins de produits agricoles qui sont ensuite plus facilement transportés vers les villes (y compris Singapour) où ils finiront dans des rôles divers... ne serait-ce que celui de poubelles.

Au cours de la montée, on découvre des cascades et des zones de forêts primaires où se sont établies quelques villages de "Orang Asli" que les Malaisiens traduisent par "Aborigènes Malaisiens".

Vers le haut, on oublie vite la chaleur moite de la côte et les blousons et autres vêtements moins tropicaux ressortent du fond des bagages.

haut de page Haut de page

 

Cameron Highlands photos

 La petite ville de Cameron Highlands offre peu d'intérets si ce n'est son aspect "bout du monde" et son climat.

Par contre, les plantations de théiers qui s'étendent à perte de vue tout comme les "Orang Asli" qui manient avec dextérité leur sabacane, valent le déplacement.

haut de page Haut de page

 

Vers Penang photos

La descente est aussi pittoresque et l'on retrouve les paysages de la côte. Cette région aussi est musulmane comme le montre ses mosquées.

Mais on y trouve aussi des Bouddhistes qui ont également utilisé quelques grottes (faciles d'accès cette fois-ci) pour en faire un temple.

C'est dans cette région aussi que l'on a retrouvé, envahi par la jungle, les restes du château (Kellie's Castle) d'un ancien colon qui avait quitté son Ecosse natale pour venir chercher fortune dans la plantation de l'hévéa.

On peut également y voir l'ancien (très joli) et le nouveau palais du Sultan régional.

haut de page Haut de page

 

Penang photos

Un pont permet de rejoindre l'île de Penang qui se veut la "Puckett" de la Malaisie et s'est destinée au tourisme de masse.

On y trouve donc un concentré de tous les gadgets avec ses temples de toutes sortes dont le plus touristique est celui des serpents: un photographe est là pour vous permettre de ramener la photo de votre tête mise en valeur par le "gentil" serpent qui vous sert de cravate.

Il reste, heureusement, une petite partie ancienne avec l'ancien palais du gouverneur et le fort restauré que les Britanniques avaient construit pour empêcher leurs concurrents français de s'installer dans la région .... si vous effectuez ce "tour" avec de sympathiques Anglais, n'hésitez pas à leur demander de vous prendre en photo DANS le fort. Ce n'est pas plus malin que le serpent-cravate mais ç'est un bon thermomètre du "fair-play". 

haut de page Haut de page

 

Vers Kota Bahru photos

Cette fois-ci, il ne s'agit plus d'un petit détour vers la montagne qui, telle les Apennins, séparent les deux côtes mais d'une traversée de la péninsule. On longe la frontière Thaïlandaise dans une région pratiquement vide. du moins, en apparence, car les pistes, ne manquent pas, semble-t-il, sous le couvert de la forêt primaire, mais elles sont "off-limits" pour les touristes ...

haut de page Haut de page

 

Kota Bahru photos

Kota Bahru n'est pas une ville attrayante et on y sent davantage la pauvreté qui a créé (ou a été créée par ...toujours cette fameuse histoire de l'oeuf et de la poule), une vie plus marquée par les côtés intransigeants de la religion majoritaire.

Surtout ville étape, on peut toutefois y découvrir son marché et les abords du palais du Sultan local.

haut de page Haut de page

 

Vers Terangganu photos

Longtemps délaissée, cette côte est intéressante car moins artificielle que Penang. Les formes d'habitat ont encore une certaine personnalité et si l'inévitable fabrique de "batiks" attend ses visiteurs, on peut y découvrir de vrais artisans, comme, par exemple, un fabriquant d'un objet aussi inutile qu'esthétique: le cerf-volant.

A noter que c'est là, dans cette région "oubliée", que les Japonais eurent l'originalité de débarquer ce qui surprit beaucoup d' "experts" alors ....

 

haut de page Haut de page

Terangganu photos

Terangganu est déjà plus au Sud et donc plus proche de Singapour. C'est un endroit amenagé pour la détente.

Bien sûr, le singe qui va chercher les cocos dans l'arbre et les danses locales font partie des grands classiques. Mais, il n'y a pas la foule de Penang et les sourires y gagnent en franchise (c'est moins commercial).

 

haut de page Haut de page

Vers Kuantan photos

On se rapproche encore plus de Singapour. Le tourisme redevient planifié avec son institut de l'artisanat, son musée maritime...

Quelques détails amusants cependant: des "pistes cyclables" longent la route mais en regardant les panneaux on voit qu'elles sont aussi pour les vélos-taxis ... Quant au Sultan régional, c'est, pour le moins, un original puisqu'il a fait construire, dans le parc de son palais une piste pour son chasseur ...

La chasse aux tigres à dos d'éléphant appartient bien au passé ... un meilleur avenir pour ses enfants venus se faire photographier dans un joli village de pêcheurs "à l'ancienne" ...

"That is the question !" 

haut de page Haut de page


 

accueil Kourou Page d'accueil Kourou

accueil Perth Page d'accueil Perth

accueil Porec Page d'accueil Porec

accueil du site Page d'accueil du site

Retour au chapitre Vers "Découvrir"

haut de page Haut de page

Répertoire Photos Répertoire photos

 


Votre avis m'intéresse !

zkojnet@zkojmat.net