aller vers ... CHINE

aller vers ... HONG-KONG

aller vers ... INDONESIE

aller vers ... LA REUNION

aller vers ... MALAISIE

aller vers ... MAYOTTE

aller vers ... NEW ZEALAND

aller vers ... SEYCHELLES

aller vers ... TAHITI

aller vers ... THAILANDE

aller vers ... VIETNAM

aller vers ... SINGAPOUR

aller vers ... COREE DU SUD

aller vers ... LAOS

aller vers ... BIRMANIE

aller vers ... INDE

aller vers ... CAMBODGE

aller vers ... TRANSMONGOLIEN-SIBERIEN

 

 * GÉNÉRALITÉS

 

 

 

CHINE 2007

 

MONGOLIE 2007

 

 

 

RUSSIE D'ASIE 2007

 

RUSSIE D'EUROPE 2007

 

 

FINLANDE 2007

 

 

 

 

(Commentaires réalisés à partir du "journal de voyage" de matworld)

Pour voir l'intégralité du Journal, cliquez ici

 

GÉNÉRALITÉS

 

 C'est un vieux rêve d'enfance que nous essayons de réaliser, en ce printemps 2007, de revenir d'Extrême Orient vers l'Europe, comme le faisait un grand nombre de militaires et de fonctionnaires au début du 20eme siècle, au rythme lent du train (le nôtre a rarement dépassé une vitesse de 60 km /heure en moyenne), traverser les platitudes ocres du désert de Gobi, sans supporter son soleil de plomb et l'immensité de la Sibérie sans être trop lassés par la monotonie des paysages : des bouleaux, des bouleaux et encore des bouleaux…Ce qui faisait dire à Jean, bien sûr, que c'était vraiment la patrie des travailleurs !

L'autre avantage aussi par rapport à l'avion, était de passer les six heures de décalage horaire, entre Beijing et Moscou, sans brusquerie.

Enfin, nous espérions voir les prémisses de l'arrivée du printemps sur cette plaine de Sibérie endormie depuis de longs mois. Le mot Sibérie vient d'ailleurs du mongolien " sibir " qui veut dire " terre qui sommeille ".

Notre moyen de locomotion va donc être le train mais nous n'allons pas le prendre en une seule fois pour parcourir les 7867 km qui nous séparent de la gare centrale de Beijing de celle de Iaroslav à Moscou. Non, nous allons procéder par étapes.

Tout d'abord, après un séjour de six jours à Beijing, pour prendre la température de la ville à un an des premiers Jeux Olympiques en Chine, nous allons passer un jour et une nuit dans le Transmongolien pour atteindre Oulan Bator, capitale trop vite grandie de la Mongolie.

Le Transmongolien n'a été rattaché au Transsibérien qu'en 1943, pendant la seconde guerre mondiale, certainement pour des raisons stratégiques mais les guides touristiques sont peu diserts sur ce point…

Le Transsibérien, lui, a commencé à être construit le 17 mars 1891, sous le tsar Alexandre lll, grâce à un emprunt lancé auprès des pays européens. Les Russes y voyaient un moyen de mettre en valeur les richesses naturelles(en particulier du sous-sol) de l'immense Sibérie et les autres pays européens, un moyen d'accéder plus facilement à l'Extrême Orient. Vladivostok ne sera atteinte qu'en 1906. La ville est située à 9300 km de Moscou et elle est restée longtemps fermée aux étrangers. La construction, comme on l'imagine, ne s'est pas faite aisément, en particulier en Sibérie, où le permafrost est pratiquement en surface. Les ouvriers posaient alors les rails directement sur le sol, sans traverse. Ils pouvaient ainsi avancer de 600 km par jour… Les ponts sur les fleuves tels l'Ob, l'Ienisseï et la Lena et leurs affluents ont souvent demande deux printemps et deux étés, le travail s'arrêtant en hiver. Quant au lac Baïkal, il a vu, certains hivers très froids où la glace pouvait atteindre 3 mètres, le train le traverser avant qu'on puisse le contourner grâce à des tunnels. On peut d'ailleurs visiter à Irkoutsk, un musée du Transsibérien extrêmement détaillé.

Et si cela vous intéresse, Blaise Cendrars a raconté son voyage dans le transsibérien en 1905 mais je n'en ai lu que des extraits… Je ne sais pas si le livre est encore édité.

Nous sommes partis le dimanche 29 avril de Perth, alors que les jours commençaient à diminuer sérieusement puisque la nuit tombait déjà vers 17 heures trente. Il était donc temps de jouer les oiseaux migrateurs et de rejoindre l'hémisphère Nord, ce qui sera chose faite à l'arrivée à Singapour, 5 heures 20 minutes plus tard et 4 000 km plus au nord. Le vol m'a permis de me mettre au courant que la Compagnie " Singapour Airlines " fête ses 60 ans et qu'elle prend en charge 46 000 passagers par jour dans le monde. Il m'a permis de voir aussi, un film aux excellentes prises de vue en Chine ; " The painted Vail " et de goûter, une nouvelle fois, au très bon cocktail inventé au Raffles et qui porte le nom de " Singapour Sling ".

L'aéroport de Singapour n'a plus beaucoup de secrets pour nous et nous allons attendre le reste du groupe, qui vient de différents Etats d'Australie et un néo-zélandais, à la porte d'embarquement pour Beijing.

Nous avons déjà fait connaissance avec notre tour-leader et trois autres personnes dans la salle d'embarquement de Perth. Le tour se présente sous les meilleurs auspices, tout le monde se lançant dans l'aventure avec joie et bonne humeur. Nous formons un petit groupe de vingt personnes qui ne devrait pas être trop lourd à manier.

 haut de page Haut de page

 


 

accueil Kourou Page d'accueil Kourou

accueil Perth Page d'accueil Perth

accueil Porec Page d'accueil Porec

accueil du site Page d'accueil du site

Retour au chapitre Vers "Découvrir"

haut de page Haut de page

Répertoire Photos Répertoire photos

 


Votre avis m'intéresse !

zkojnet@zkojmat.net